La haute poésie, encore une fois.

Connaissez-vous cette poésie ? Ce sonnet, plus précisément.


Ils n’ont rien du soleil les yeux de ma maîtresse ;
Sa lèvre, au prix de ce corail, a peu de sang ;
Si cheveux son [sont ?] réseaux, noir son réseau de tresses ;
Si la neige est blancheur, son sein est brunissant.
J’ai roses de Damas, roses rouges et blanches,
Mais sur sa joue en vain je cherche leurs couleurs ;
Et je sais, en parfums, des délices plus franches
Que les souffles humains de son haleine en fleur.
Le timbre de sa voix, je l’aime ; mais j’avoue
Que la musique encore a des sons plus divins ;
Oncques ne vis déesse aller sur notre boue :
Elle, foule en marchant le sol de nos chemins.
         Et pourtant, par le ciel, mon amante est plus rare
         Que ces femmes qu’à tort aux Grâces on compare !

(Traduit par Charles-Marie Garnier)


Les autres versions sont ici : http://shakespeare.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=886

Quelle traduction est la meilleure selon vous ?

Error

Anonymous comments are disabled in this journal

default userpic